Bases de l’éducation porcine

C’est par l’éducation que vous tisserez des liens forts avec votre cochon. Lui apprendre les règles de vie de votre famille et maison est la base d’une cohabitation longue et heureuse. Un cochon qui ne respecte pas les autres membres de la famille, ou qui s’ennuie par manque de stimulation intellectuelle finira tôt ou tard par adopter de mauvais comportements allant de la destruction jusqu’à l’agressivité. C’est la principale raison des abandons de cochons.

Apprendre à un cochon ou à autre animal à pousser une balle, est, en soit parfaitement inutile, voire ridicule. Mais il faut voir ce type d’exercice comme un moyen de stimuler son intelligence, et de l’occuper.

Lui enseigner quelque chose vous place de façon ultra positive comme l’humain sympa, qui donne des récompenses alimentaires quand ce qui est demandé est fait. Or, la nourriture, s’il fallait le rappeler, est la passion de tout cochon qui se respecte !

Découvrez ci-dessous les principes de base de l’éducation ainsi que la liste des erreurs d’éducation les plus fréquentes à ne pas commettre.

Principes de base

L’éducation d’un cochon est un ensemble et aucune éducation ou apprentissage n’est possible si vous ne respectez pas certains principes de base développés ci-dessous :
1 Affection et confiance
2 Instaurer une hiérarchie
3 Méthode d’éducation par la récompense uniquement
4 Persistance et constance
5 Stimulation
6 Un cochon reste un cochon
7 La routine

Il est important de comprendre comment se comporte le cochon dans son milieu naturel (voir le chapitre “comportement”  afin de se mettre dans les meilleures conditions pour l’éduquer).

Affection et confiance

Autant il faut être consistant et ferme dans l’éducation d’un cochon (non c’est non), autant il faut lui donner de l’affection pour qu’il soit heureux.  Le cochon dit de compagnie est bien souvent (et à tort) un animal qu’on a séparé de ses congénères et il est important de lui montrer qu’on l’aime.

Nous conseillons d’ailleurs d’adopter non pas un mais deux cochons. Ce sont des animaux sociaux qui doivent vivre avec d’autres individus de leur espèce sous peine d’être malheureux.  Comme les chevaux, ils ne sont pas fait pour vivre sans autre individu comme eux.

#M30ok

Les cochons adorent faire des siestes sur nos genoux, recevoir des grattouilles sur le ventre et les oreilles, et aiment qu’on s’adresse à eux. C’est très important pour eux.

#M31ok

Selon la personnalité de votre animal, il recherchera plus ou moins votre affection. Mais ce n’est pas parce que votre cochon n’est pas spécialement câlin qu’il ne vous aime pas.

#M32ok

Plusieurs histoires relatent comment des cochons très indépendants par rapport à leur famille humaine dans leur vie de tous les jours sont devenus dépressifs lorsqu’ils ont été placés dans d’autres familles (certains d’entre eux se sont même laissés mourir).

L’affection permet à votre cochon de vous donner sa confiance car il vous voit comme un donneur de grattouilles et de câlins. Or il n’y a pas d’éducation ou d’apprentissage possible si votre animal ne vous fait pas confiance.

Le cochon ne donne pas sa confiance comme un chien pourrait le faire de façon automatique. Il faut la gagner et veiller à ne pas la trahir en le surprenant (comme par exemple lui parler gentiment pour l’amadouer dans le but de l’attraper d’un coup parce que vous êtes pressé). Mieux vaut perdre quelques minutes pour qu’il vienne vers vous tout seul, plutôt que de le prendre par surprise, car il se méfiera de vous la prochaine fois que vous essayerez de l’amadouer et vous ne ferez que ralentir le processus d’apprentissage.

Instaurer une hiérarchie

Le cochon a besoin de trouver sa place au sein de son groupe. Celle-ci ne doit pas être celle du chef, qui générerait chez lui une très grande dose de stress (le cochon “chef du groupe” a en charge la sécurité du groupe et est à l’affût de chaque danger potentiel).  Il ne devra donc pas avoir de doute au sujet de sa place dans le groupe, sinon il essayera de grimper un échelon dans l’ordre social. Si son supérieur direct (vous) montre des signes de faiblesse, il rentrera en compétition avec celui-ci afin de prendre sa place. Il ne le respectera plus et sera donc sourd à ses demandes. Il pourra même finir par devenir agressif. Il s’en prendra d’abord à vos invités (dans un premier temps car ce sont des personnes extérieures au groupe, qui n’ont pas de place définie au sein de celui ci.), puis aux membres de votre famille (dans un second temps), puis à vous pour finir.

Il sera agressif car pour lui vous serez devenu celui qui suit et pas celui qui mène. Du coup, il vous menacera dès que vous l’empêcherez de faire ce qu’il a envie de faire.

Par contre, s’il n’a aucun doute au sujet de sa place et est persuadé que vous êtes en charge, alors il se sentira en sécurité, sera serein et sera ravi de faire ce que vous lui demanderez de faire.

Asseoir sa place de “chef” en charge de la harde (du groupe) est un travail de tous les jours :

  • Ne jamais céder à ses caprices : pleurnicher est une façon de s’affirmer.
  • Ne jamais laisser passer un mauvais comportement par laxisme ou par manque de temps.
  • Ne pas l’enjamber mais le faire se déplacer s’il vous empêche de passer : un cochon qui n’a pas une place de chef laisse passer tous les membres qu’il considère comme en charge du groupe, sans entraver leur chemin (les cochons communiquent beaucoup par la posture et le langage du corps).
  • Toujours se tenir droit et grand, le regarder dans les yeux lorsqu’on s’adresse à lui pour lui donner une instruction.
  • Toujours avoir le contrôle de la distribution de nourriture, ne jamais rien lui donner en dehors de ses repas s’il n’a pas gagné sa friandise.

Méthodes d’apprentissage et d’éducation par renforcement des attitudes positives (la carotte sans le bâton…)

Le cochon qui vit chez vous ne sait pas d’instinct ce qui est autorisé ou non. Vous devez lui apprendre vos règles, et ce dès les premiers jours. Pour ce faire, vous devrez lui fixer des limites, et vous y tenir. C’est l’éducation que vous lui donnerez qui façonnera sa personnalité. Eduquer un cochon est une expérience à part !

Il y a un vrai consensus à ce sujet aux USA, qui bénéficient de 20 ans d’expérience de plus que nous sur l’éducation de ces animaux. Tous les documents que nous avons lus, conseils qu’on nous a prodigués ou sources d’information qu’on a trouvées, et notre expérience personnelle de plus de quinze ans se recoupent sur un point : il faut récompenser les cochons pour leurs bonnes actions mais en aucun cas les punir pour les mauvaises (il existe des méthodes pour corriger les mauvaises actions, mais ce ne sont en aucun cas des punitions à proprement parler). La punition/réprimande ne sert à rien, et au contraire elle renforcerait plutôt les mauvaises actions (on parle alors de renforcement négatif)…

#M33ok

En cas de bêtises, il faut indiquer fermement à votre animal que vous n’êtes pas d’accord par un « non » ferme et prononcé d’une voix grave et ensuite le détourner de sa bêtise, pour l’amener à faire quelques chose de positif. L’appeler vers vous par exemple et lui donner un jouet. Les cris, les claques sur les fesses, les pulvérisations d’eau sont à bannir. Cela empêche au cochon de réaliser qu’il est en train de commettre une mauvaise action car les punitions le stressent et développent de la colère en lui (et de la frustration car il ne comprend pas pourquoi vous le tapez ou criez).

Alors que si vous lui dites « non » fermement et à chaque fois qu’il tente de monter sur le canapé, il va comprendre calmement par la répétition et la constance que c’est un interdit qu’il faudra respecter. Ce sera beaucoup plus efficace à long terme.

Votre cochon doit absolument avoir une expérience positive liée à chaque chose que vous lui apprenez. Par exemple si vous le récompensez à chaque fois qu’il revient vers vous quand vous l’appelez (quand il répond de suite), il n’y a aucune raison pour qu’il ne revienne pas instantanément si vous l’appelez pour lui éviter de faire une bêtise ou s’il se dirigeait vers un endroit dangereux. Il faut qu’il ait plus envie de la récompense à laquelle il s’attend que de poursuivre ce qu’il était en train de faire.

Persistance et constance : les clés de la réussite

Si vous voulez que l’éducation de votre cochon soit une réussite et que la cohabitation soit harmonieuse, vous devez absolument être constant dans vos réactions, prévisible et surtout ne jamais céder sur rien. Votre animal vous respectera pour cela et donc acceptera vos instructions. Votre place au sein de l’échelle hiérarchique ne doit jamais être remise en cause.

Il est assez facile d’éduquer un cochon à faire quelque chose mais beaucoup plus difficile de le rééduquer s’il a pris de mauvaises habitudes. C’est pour cela qu’il faut toujours être constant et ne jamais céder, et ce, même quand il est bébé. Un bébé cochon de deux mois peut vous manipuler, comme par exemple crier afin que vous lui donniez de la nourriture.

#M34ok

Ce qui lui sera permis rien qu’une fois, restera gravé dans sa mémoire pour longtemps, surtout si ça implique de la nourriture ! Il faut absolument que tous les membres de votre famille agissent de la même façon avec votre cochon. Votre mari ou vos enfants ne peuvent pas lui permettre de monter sur le fauteuil si vous, vous le lui interdisez.

En règle générale, les enfants de moins de cinq ans ne doivent pas donner de nourriture au cochon, car celui-ci aura vite fait d’essayer de les brusquer pour en avoir plus et plus vite, et finira par se rendre compte qu’il peut manipuler les enfants.

Ne jamais laisser seuls enfants et cochons sans surveillance pour que ces derniers n’apprennent jamais qu’ils peuvent avoir le dessus !

Stimulation

Un cochon qui s’ennuie est un cochon malheureux : ce sont des animaux sociaux qui ont besoin d’interaction entre individus de la même espèce, et qui ont besoin d’assouvir leur goût de l’exploration.

Plus les cochons vieillissent, moins ils sont actifs, et donc plus difficiles à motiver. C’est donc important de les stimuler très régulièrement.

#M35ok

Surprendre son animal par des récompenses variées et faire qu’il ne sache pas à quel type de friandise il va avoir droit est un bon moyen de le stimuler.
S’il ne sait pas à quoi s’attendre, une grande grattouille de ventre de plus de cinq minutes, un morceau de pomme ou de banane qu’ils adorent (à garder pour les grandes occasions)ne le motiveront que plus pour effectuer ce que vous lui demanderez.

Un cochon doit rester un cochon

Un cochon, avant d’être votre animal de compagnie, est d’abord un animal avec ses besoins et ses envies. Il a besoin de vaquer à ses occupations quotidiennes de cochon.

Il faut donc le laisser fouiller le sol, explorer à l’aide de son groin des feuillages, branchages, jouer (à la manière d’un cochon), brouter de l’herbe, et ceci chaque jour si on veut qu’il soit calme et bien dans sa peau une fois à la maison. Et cela veut dire aussi partager sa vie avec un autre cochon (en effet, comme les chevaux les cochons sont malheureux s’il ne vivent pas avec d’autres individus de leur espèce).

C’est comme un chien qu’on emmène courir pour qu’il se dépense.
Votre cochon fouille votre tapis ou votre moquette et l’abîme ? Ne le punissez pas. Il ne fait que répondre à ses instincts naturels.  Dites-lui « non » et dirigez le vers son “bac surprise” : un bac rempli de cailloux ou boules en plastiques dans lequel on verse quelques friandises afin que le cochon s’amuse à les retourner. Il passera une demi-heure le groin dans le bac plutôt que de s’attaquer à votre tapis !

Un jardin est indispensable

Si votre cochon n’a pas accès à un jardin ou à l’extérieur pour satisfaire ses instincts naturels, il finira par explorer à sa façon votre maison : attention aux dégâts ! Il sera malheureux et vous aussi. Un jardin est indispensable. Les cochons broutent autant que les chevaux, on conseille donc une surface en herbe d’un minimum de 400 m².

Laissez votre animal avoir le groin sale lorsqu’il est dehors, se rouler dans la boue en été (pour se rafraîchir), grincer des dents (une spécialité cochonnesque !) et déchirer des papiers ou cartons….

Anneau dans le nez : NON !!!

#M36ok

Pose d’un anneau sur le groin : NON !

Pour éviter les trous, certaines personnes ont recourt à la pose d’un anneau dans le groin du cochon. C’est cruel et cela ne fonctionne pas ! En effet, les cochons apprennent très vite à creuser avec le coté du groin et les trous sont aussi nombreux et profonds qu’avant.. L’anneau ne change rien… De plus, la pose de l’anneau est douloureuse.

Pourquoi prendre un cochon comme animal de compagnie si on ne veut pas qu’il se comporte comme un cochon ?

Respecter une routine

Les cochons aiment la routine. Il faut donc s’efforcer (dans la mesure du possible) de leurs donner leurs repas  aux mêmes heures chaque jour, et de programmer leurs séances d’apprentissage et leurs sorties, aux même heures. Cela les rassure et calme leur côté anxieux.

Liste d’erreurs d’éducation les plus fréquentes :

  • Appeler son cochon par son nom ou par l’instruction de rappel que vous lui avez appris afin de lui faire faire quelque chose qu’il n’aime pas dès son arrivée. Il apprendrait très vite à ne pas vous faire confiance, et à ne plus répondre à son nom.
  • Lui laisser faire des choses lorsqu’il est petit que vous ne tolérerez plus une fois qu’il sera adulte du fait de sa taille ou de son poids (monter sur le canapé, dormir sur le lit, vous marcher sur les pieds, vous sauter dessus, etc…)
  • Lui donner de la nourriture (en dehors de ses repas) sans qu’il l’ait gagnée par la réalisation d’un exercice exécuté de suite et à 100%.
  • Lui donner de la nourriture à table ou lorsque vous préparez à manger (si vous craquez une fois, il en réclamera tout le temps, ce n’est pas une blague).
  • Le saisir par surprise, surtout au début. Comme on a du mal à les prendre, on aurait tendance à vouloir les faire venir gentiment et d’un coup les attraper pour gagner du temps. Or c’est une erreur stratégique : les trente secondes que vous allez gagner sur le moment vont se transformer en plusieurs jours de méfiance envers vous. Il ne viendra plus vers vous facilement et vous mettrez encore plus de temps avant de réussir à l’approcher.
  • Le maintenir de force (que ce soit par son harnais ou en le tenant).
  • Le forcer à bouger en le tirant ou le poussant. Il est tentant par exemple de pousser votre cochon aux fesses pour le faire rentrer dans une pièce ou le faire avancer. Or vous ne ferez que ralentir l’apprentissage car le cochon associera aller dans sa pièce à une mauvaise expérience et sera de plus en plus réfractaire à y rentrer. Alors que si vous l’appelez dans la pièce et lui donnez un morceau de pomme lorsqu’il y rentre, vous lui donnerez toutes les raisons d’y courir la prochaine fois que vous lui demanderez.
  • Le punir alors que vous n’avez pas pu le prendre sur le fait. Il n’est déjà pas bon de punir un  cochon de façon générale (ils répondent très mal aux punitions et aux cris). Mais si vous lui criez dessus parce qu’il a fait quelque chose de mal sans l’avoir pris sur le fait, vous ne ferez que perturber un peu plus votre animal. Il ne comprendra pas pourquoi il se fait remonter les bretelles, vous prendra pour un fou et ne vous fera plus confiance puisque pour lui vous lui criez dessus pour rien !
  • Les cris ou les claques sur les fesses sont à bannir. Ils auront l’effet inverse de ce que vous voulez obtenir. Les cris montreraient à votre cochon que vous ne vous maîtrisez pas et que donc vous ne méritez pas votre place de leader… Les claques sur les fesses ne feront que fâcher votre animal qui oubliera du coup pourquoi il les reçoit. Il ne retiendra que “l’injustice” de la situation. Il vous en voudra et vous perdrez la confiance de votre cochon (surtout ne jamais lui donner de claque sur le groin, car cela lui ferait très mal, cette partie de son corps étant très innervée).